Primaires 2016 et filiation homme-femme : leur nom est personne, celui de l’enfant, PMA !

Au lendemain du Conseil national des Républicains,  la réforme de la filiation comme la lutte contre la PMA ont disparu du programme . En conséquence de quoi la PMA avance sans plus aucune retenue à gauche.

Malgré une mobilisation importante depuis le 8 juin dernier avec les militants de Sens Commun et de L’Avenir pour Tous, le programme des Républicains apparaît totalement  vide de toute proposition. Et après l’annonce de jeudi devant ses militants à St Mandé, et samedi en Conseil national,  François Fillon,  qui s’avère être exactement sur le programme de L’Avenir pour Tous pour réformer la filiation,
https://www.fillon2017.fr/participez/famille/
n’a malheureusement pas abordé en public la réforme de la filiation Taubira, face à Jean Jacques Bourdin  sur RMC-Info.

Pourtant il y avait urgence après  les revendications de la Gay Pride.
http://marchedesfiertes.fr/wp-content/uploads/2016/06/revendications2016.pdf

C’est à se demander si le but est de ne surtout pas réveiller notre électorat sur une position qui permettrait efficacement de réformer la filiation « homosexuelle » Taubira.

Comme depuis 3 ans, la réforme de la filiation ne doit absolument pas exister médiatiquement, sauf quand elle est relayée par des candidats ultras minoritaires, ou les associations  « abrogationnistes » dont le discours produit toujours le même effet  : faire disparaître la majorité de l’électorat proHumain, proFiliationHF. Elle est encore pourtant de 68% d’électeurs favorables à un retour sur la loi,  soit  40% pour la filiation et 28% pour l’abrogation  (sondage OpinionWay de mai 2016) .

Mais convertis en candidats, nos 68% d’électeurs pour la réforme de la loi ne représentent plus que  12% d’électeurs pour ces candidats  : dans ces conditions, et sans bouger d’ici là, notre réforme de retour sur la filiation HF ne sera donc jamais au pouvoir. Voilà donc le résultat de la transformation électorale sur notre sujet  :  40% pour la filiation donnent 10% pour Fillon  et  28% pour l’abrogation  donnent  2% pour Mariton +Poisson  :

68% des électeurs pour la réforme se transforment implacablement en 12% d’électeurs pour les élus qui disent vouloir  réformer !

Bref de majoritaires dans la rue nous voilà minoritaires dans les urnes, par le jeu de substitution des électeurs réformistes en pseudo-réformateurs élus par les seuls abrogationnistes

Bilan : en l’absence de toute opposition politique de droite modérée et majoritaire sur ce sujet, François Hollande et Laurence Rossignol avancent allègrement sur la PMA après que F. Hollande a reçu les associations LGBT postGayPride : elles demandent des multiparenté et multifiliation totales, avec tous les modes de procréation ad hoc, je cite : Redéfinir la filiation pour la fonder sur l’engagement parental, ce qui permettrait d’établir la filiation des enfants dès la naissance (avec procédure anténatale au besoin), avec tous leurs parents, indépendamment de leur genre, de leur nombre (pluriparentalité)et de leur mode de conception,et sans passer par une procédure judiciaire. En cas de séparation, cette filiation repensée garantirait les liens des enfants avec tous ses parents.

Et, devant cette demande totale des LGBT  et l’absence sidérale de la droite, elles obtiennent le début de l’ouverture sur la PMA .
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/04/97001-20160704FILWWW00043-pma-rossignol-confirme-une-ouverttre.php

C’est ainsi que le marché et les dirigeants politiques ont pris le pouvoir sur la procréation de l’humain et la volonté du peuple.

Après avoir organisé le vote de la loi de filiation « homosexuelle », puis la disparition  du mouvement citoyen de soutien de la demande, aujourd’hui  par son désengagement programmatique, la droite politique valide totalement le passage à la trans-humanité, tout en répétant « personne ne touchera à la loi ! »
On comprend maintenant que « personne » ce sont tous les dirigeants, droite et gauche confondues, qui ont décidé ensemble d’abandonner l’Humain biologique devant le marché, et selon un rituel bien établi : la gauche  avance, la droite valide.
Cette droite politique « modérée » a donc pour nom  « personne », c’est à dire tout le système politique marchand anonyme et libertaire, de droite comme de gauche.

Donc à ne plus toucher à la filiation, c’est toute la suite du système marchand  qui se met en place, selon un plan parfaitement écrit par Mme Théry « sur le mariage, la filiation et la procréation pour tous« .

Les citoyens qui ont compris le stratagème ne comptent plus se laisser faire
C’est compter sans les citoyens que vous êtes et qui n’ont pas renoncé à l’Humain HF, respecté socialement dans son union selon son orientation,  comme dans sa filiation biologique unique, qui est la garantie du respect de son intégrité physique.

Il nous faut donc retrouver le rassemblement citoyen méta-politique, en dehors des réseaux et des partis, pour rassembler la plus grande partie des 68% des électeurs des primaires sur la base des 40 % qui veulent réformer la filiation. Les 28% d’abrogationnistes devront comprendre qu’ils ne peuvent pas, aux primaires des Républicains, demander la suppression de la loi, qui abroge d’abord le sujet-même de la filiation.
Pour ce faire, il nous faut donc, à LAVT,  seule association modérée  proFiliationHF pour tous les couples et hors couples,  d’abord être reçus par le candidat déclaré sur la filiationHF, François  Filllon. Et, si, comme  depuis 3 ans, cela n’est toujours pas possible alors qu’il s’est dorénavant prononcé dans un programme exactement sur notre ligne, cela signifierait que François Fillon est lui  aussi un candidat qui ne sert qu’à récupérer les voix cathos modérées, mais pas trop, car il ne faudrait pas aboutir vraiment sur le contenu de la réforme de la filiation.
Le meilleur moyen de ne pas récupérer trop de voix est donc de ne recevoir que les abrogationnistes qui ont, dans cet objectif, le double avantage d’être une caution catho et d’écraser  toute majorité sur le sujet de la filiation homme-femme.

Les opposants à toute union civile, voilà  les bons partenaires qui  rassurent les LGBT, qui ne veulent évidemment voir aucun modéré capable de gagner sur la filiation. Mais avec l’abrogation, l’électorat s’enfuit et la filiation HF perd à tous les coups, laissant  la PMA gagner elle à coups sûrs ! Et cela ne fait que commencer …
Messieurs les politiques, en ne recevant pas l’association modérée LAVT  depuis 3 ans , vous contribuez vous aussi à ce que l’électorat se volatilise consciencieusement et que la PMA ressorte du bois…

Mais avec un candidat exactement sur notre proposition, les choses doivent pouvoir changer.
Car en gros, François Fillon est exactement sur la position de LAVT et une partie de celle de Sens Commun, faute de mieux,
tandis que Jean-Frédéric Poisson représente exactement  LMPT et les abrogationnistes de Sens Commun

SE RASSEMBLER SUR LE PROGRAMME AVANT LES CANDIDATS
Pour gagner, il  faut pouvoir réunir les deux électorats sur la base modérée qui accepte le couple homosexuel (la position LAVT/Fillon). Dans cette attente qui ne saurait désormais tarder, il reste aux partisans  de la filiation dans le respect de tous les couples d’amorcer la pompe en appelant au rassemblement  sur le seul programme associatif et désormais  politique qui doit devenir un support de développement et de rassemblement  de tout l’électorat. Cela est absolument préférable  au fait de faire campagne  sur les  candidats,  qui divisent par leur multiplicité.
La nuance est de taille et fera toute la différence. C’est ce à quoi nous nous engageons à LAVT : le programme avant les candidats.

Car mes amis, il faut avant  tout  sortir du sempiternel piège de réduction « ad abrogationem » en comprenant que ce sont les cathos eux-mêmes qui ont la solution entre leurs mains en acceptant de se rassembler entre modérés majoritaires ACTIFS ET ENGAGES et les abrogationnistes minoritaires ACTIFS ET  TAISANTS sur le couple homosexuel, laissant les modérés en parler, SANS PLUS JAMAIS LE DENIGRER. C’est la condition sine qua non pour sauver la filiation des enfants.

C’est ensemble que nous devons nous battre non pas contre le couple homosexuel mais  pour le droit de chaque enfant à connaître sa filiation paternelle et maternelle, seul moyen de lutter contre leur fabrication.

Oui,devant cette avancée sur la PMA, il nous  faut réveiller les  68% d’électeurs qui existent bien et arrêter de les faire fuir devant la violence de la négation du couple homosexuel : c’est ainsi que passent  la PMA, la multiparenté et demain la GPA, avec une absence totale de programme chez les Républicains et une opposition politique visible  à 10%, au lieu des 68% de notre opposition citoyenne réelle.

Le fait que la situation juridique change pour la PMA est tout a fait dommageable à la filiationHF, qui était encore de principe pour nombre de situations sauf dans un cas : le couple homosexuel marié, et encore, seulement féminin, car la GPA fait obstacle à l’adoption par le conjoint non géniteur dans les couples d’hommes. La filiation HF était encore valable pour tous les hétéros évidemment, mais aussi pour les homos non mariés et  les célibataires;
Le danger est réel : cette avancée de la PMA validera la filiation homosexuelle par la réalité concrète de son mode de procréation, puis par l’attribution de parenté (présomption de parentalité)  à la naissance, sans passer par le tribunal.

Désormais nous savons pourquoi la PMA va s’ouvrir : de majoritaires dans la rue (68%) nous sommes archi-minoritaires dans les urnes (12%). La seule façon d’inverser cette fatalité est de nous rassembler EN AMONT DU VOTE à plus de 40% de modérés :  le seul endroit est à l’Avenir pour Tous,  association modérée incontournable pour atteindre unis la modération électorale d’un programme Fillon.

Il n’est plus question de tergiverser , la PMA, elle, n’attend pas !
http://www.avenirpourtous.fr/donner/
Vite !


Primaires du 20 novembre 2016 : 195 « Jours Debout » pour restaurer l’acte de naissance biologique et la filiation naturelle des enfants

Paris, mardi 17 mai 2016

A un an du changement de président de la République, la société française a vécu et doit poursuivre, dans un environnement alourdi par la montée des violences et de la menace climatique, un profond renouveau de ses mentalités culturelles, sociales et spirituelles. Entre le 17 mai 2012, date du premier conseil des ministres de François Hollande où fut annoncé le « changement de civilisation » du mariage pour tous, et sa promulgation  le 17 mai 2013,  une inédite mobilisation pacifique s’est levée pour défendre la filiation naturelle et la procréation biologique dans la diversité des croyances, des orientations affectives et des formes de familles.

Ce mouvement d’origine chrétienne et humaniste a réveillé les consciences politiques jusqu’alors écrasées par l’autoritarisme médiatique, le laïcisme ambiant, une vision étroite du sentiment religieux, mais aussi, un confort de vie dominé par la possession et l’argent. Face au déséquilibre économique mondial, ce mode d’accumulation et de consommation des richesses  ne pourra durer éternellement si les croyants, comme tous les citoyens de bonne volonté, ne se rassemblent pas à nouveau  pour obtenir un changement radical de politique qui ira de pair avec celui de leur mode de vie.

Tous nés d’un homme et d’une femme dans nos diversités

Face à la profonde mutation de la loi de filiation humaine, devenue purement intentionnelle et modifiant par une procréation technicisée et marchande la nature-même de notre humanité,  une grande partie de la population a déjà réagi pour que soit reconnue dans l’acte de naissance la seule filiation homme et femme, père et mère biologiques de chaque enfant, sans nier la réalité des nouvelles formes de familles, dans lesquelles le conjoint du parent pourra être reconnu comme éducateur.

160517 Acte génésique

Acte de naissance non-biologique résultant de la loi dite de « mariage pour tous » du 17 mai 2013 et légalisant la « filiation d’intention » pour les couples de même sexe. Cette filiation nouvelle de l’enfant entre deux hommes ou deux femmes commande le mode de reproduction correspondant par GPA pour les hommes ou PMA pour les femmes, qui sont dès lors ouvertes indifféremment aux trois types de couples HF, HH ou FF, puis à chaque individu.

La différence entre l’acte de naissance d’intention ou « génésique »  (ci-dessus) et l’acte de naissance biologique (ci-dessous) est très bien expliquée et argumentée par la mère idéologique de la loi Taubira, la sociologue Irène Théry dans le film La Sociologue et l’Ourson , réalisé par son fils Matthias et sorti le 6 avril 2016, et qui reprend la thèse de  son livre « Mariage et filiation pour tous » paru au Seuil, en mai 2016. J’y ai répondu moi-même en temps et en heure depuis trois ans, dans les medias, à la tête des premières manifs de 2013 puis de l’Avenir pour Tous, et  j’ai archivé les éléments sur ce blogue. Puis j’ai regroupé par anticipation tous les arguments dans « L’Humain plus fort que le Marché »  paru chez Salvator en novembre 2015. J’y préconisais déjà la mobilisation de tous ceux qui souhaitent la réforme de l’acte de naissance Taubira pour y restaurer la filiation naturelle entre l’homme et la femme afin de préserver la naissance biologique de chaque enfant, seul moyen de bloquer ainsi valablement les GPA et PMA pour tous. Voici quel serait cet acte de naissance, barrage à la reproduction marchande de l’être humain.

160517 Acte Bio

Acte de naissance biologique, qui devra être restauré à la faveur de la mobilisation pour la naissance biologique et la filiation naturelle lors des primaires de novembre 2016. La seule filiation est celle qui garantit une naissance biologique homme-femme, les père et mère de l’enfant. Il peut néanmoins être élevé par un mandataire éducateur, le conjoint de l’un de ses parents biologiques, que ce soit dans les familles recomposées ou dans les couples homosexuels.

 

Pour ce faire, des milliers de pères et de mères de famille, de célibataires, d’homosexuels, et le plus souvent de jeunes, se sont déjà engagés dans de multiples associations, dans des équipes municipales, dans des partis politiques, dans le monde de la culture et des médias ou encore dans les innombrables groupements qui ont vu le jour au lendemain des manifestations de 2013. Ils doivent donc aujourd’hui être regroupés et envoyés pour restaurer la naissance et la filiation protectrices de l’humanité.

Lire la suite »


Face au lynchage médiatique, demander pardon pour notre Eglise et les enfants d’abord

Capture d'écran 2016-03-19 13.42.14

Samedi dernier  dans « On n’est pas couché« ,  le chemin de croix a pris de l’avance en France avec la dramatique affaire de pédophilie lyonnaise : la télévision d’Etat, mélangeant allègrement les sujets et les personnes, a permis à Laurent Ruquier de livrer en vrac clercs et laïcs, innocents ou coupables, à une même vindicte généralisée contre l’Eglise, déjà bien abîmée par sa propre maltraitance, ses divisions et ses coupables silences. Etant personnellement accusée de « non-organisation de manifs contre la pédophilie », et après avoir demandé cette semaine à Laurent Ruquier et Catherine Barma un vain droit de réponse,  j’appelle aujourd’hui toutes les personnes ecclésiastiques et laïques à réparer et faire définitivement cesser les actes de pédophilie, et tous les journalistes à en faire autant du lynchage médiatique qui s’abat à nouveau, à travers la personne du cardinal Philippe Barbarin, sur tous les catholiques et les chrétiens de France.

Capture d'écran 2016-03-19 14.07.35

 

Catholique engagée dans la défense des droits des enfants, des femmes et des homosexuels, je commence moi-même en demandant pardon aux enfants et aux adultes victimes d’agressions sexuelles par des prêtres, les assurant de toute ma compassion de mère et de toute ma prière de croyante.
Je sais que seule cette demande de pardon  – et non d’improbables manifestations – faite par et pour toute mon Eglise à la faveur de la Semaine Sainte, sera le point de départ de l’indispensable travail de transparence et de réparation, de pénitence et de réconciliation, que les persécutés, comme tous les laïcs et les clercs innocents, attendent avec confiance et espérance, depuis déjà si longtemps.

 

 

Capture d'écran 2016-03-19 14.08.30

Samedi 12 mars dernier, Laurent Ruquier a donc profité du scandale de l’affaire lyonnaise du père Preynat et de ses victimes de La Parole Libérée, attribuant la deuxième place de son « Flop Ten »  au cardinal Barbarin, désormais suprême responsable à abattre de la pédophilie française, pour poser d’un coup cette question tombée de l’armoire du service public :

« Elles sont où les Frigide Barjot, les Ludovine de la Rochère, pour organiser des manifestations monstres contre la pédophilie dans l’Église ? C’est bizarre que deux hommes ou deux femmes ensemble, ça les dérange mais un homme et un enfant ensemble, ça, pas de manif « 

Voir  à 11’22

Feignant ne pas connaître ce qui sépare aujourd’hui l’ « égérie » barjot de 2013 de celle catho de 2016, Laurent Ruquier a oublié, par le procédé bien connu de l’amalgame public, que « deux hommes ou deux femmes ensemble », cela ne m’a jamais dérangé puisque je prône leur union non filiative et équitable en mairie depuis le PACS, et jusque dans ses émissions de 2012 et 2014, avec le succès qu’enfin il nous reconnaît. C’est bien à cause de ce succès que le pouvoir politique m’a obligée à céder la place à Ludovine de la Rochère, opposée à toute union civile sans filiation, mais soutenue en cela par la majorité des cardinaux et évêques français qui, comme elle, assimilent étrangement l’union homosexuelle sans filiation au mariage procréatif homme-femme. Ce qui n’a jamais été le cas de la majorité des Français et de nombre de prélats synodaux à la tête desquels se trouve le pape François. La récente législation italienne, notre explicite bénédiction le 29 février dernier à la maison Sainte Marthe, et sans doute son imminente exhortation apostolique, en témoignent aisément.

Quant à Laurent Ruquier, reconnaissant enfin l’importance de la mobilisation des citoyens et des chrétiens en 2013  – là aussi, mieux vaut tard que jamais –  il  en a appelé aux grandes manifestations unitaires contre le projet de loi Taubira, qui jusqu’en avril 2013, avaient pour but de défendre le droit des enfants à être nés d’un homme et d’une femme, père et mère, sans pour autant discriminer les couples homosexuels dans leur conjugalité. Mais cet « hommage » faussé et mâtiné d’homophobie en pleine affaire de pédophilie a bien pour but de discréditer à nouveau notre demande légitime de retour à la filiation humaine, parce qu’elle émanerait de personnes illégitimes à défendre les droits des enfants comme inaptes à accepter ceux des homosexuels. Des personnes croyantes, qui défendent le droit des enfants à connaître leurs géniteurs homme et femme, fermeraient allègrement les yeux sur les atteintes à la dignité corporelle et spirituelle des enfants ? Mais enfin Laurent, de qui se moque-t-on ?

Militant pour le maintien intégral des droits des couples homosexuels hors la filiation,–  la filiation naturelle étant de l' »intérêt supérieur » de l’enfant – comme pour celui de chaque enfant à avoir un acte de naissance biologique,  je récuse absolument cet amalgame, même énoncé sur le mode bouffon du roi Ruquier, ou bassement polémique d’autres plumitifs.

Cet amalgame devient insupportable quand Laurent Ruquier laisse entendre que, n’organisant pas de manifestation, cela serait signe de mon silence complice envers les actes des prêtres pédophiles. Là encore, mon ancien patron d’ « On a tout essayé » est bien mal embouché, car, dès 2010 je me suis publiquement levée, lors de l’affaire irlandaise remarquablement gérée par Benoît XVI, pour défendre l’intégrité des enfants agressés par des clercs : j’ai animé une pétition contre la pédophilie dans l’Eglise. Elle fut alors signée par plus de 35 000 personnes : c’était l’Appel à la Vérité  que j’avais initié avec les blogueurs Koz Toujours et Natalia Trouiller et qui a été signée par les plus grandes personnalités du « catholand ». Il n’est aujourd’hui que temps de le relancer, et j’invite ici tous mes frères et sœurs de l’époque à nouveau à se réveiller…

En attendant, je vais me borner à répondre à tous les polémistes par ce qui est aujourd’hui toute ma vie : ma foi chrétienne et mon Eglise, même si depuis trois ans, j’en suis réduite, avec les millions de français pro-union civile sans filiation, au silence des périphéries existentielles. C’est-à-dire, si cette division perdure, à la fatalité de la disparition de la filiation humaine, et avec elle, de la vie naturelle en général et du christianisme humaniste en particulier.

Alors, pour cette situation, pour les victimes comme pour les chrétiens que Laurent Ruquier a blessés par ses amalgames répétés et volontaires, et pour que tout cela cesse,  je ne prononcerai qu’un seul mot : PARDON.

Pardon pour tous les péchés que les prêtres pédophiles ont commis, et reconnus comme mal fait aux enfants dans leur foi naissante. Pardon pour tous les ecclésiastiques qui n’auraient pas du rester sourds à la douleur des plus petits confiés, même il y a longtemps. Pardon pour tous les laïcs qui n’ont pas voulu être cause de scandale pour leur Eglise, ou trop fragilisés, n’ont pu parler jusqu’à maintenant. Pardon pour les catholiques qui se battent pour conserver leur foi, et « vocifèrent » sans voir les blessures infligées aux minorités par manque de compassion ou simplement de débats, impossibles depuis trois ans. Pardon pour ce que l’Eglise doit désormais faire cesser définitivement, les abus sur mineurs, les trahisons sur majeurs, les déplacements secrets, les remplacements inappropriés, les exclusions injustifiées et leurs silences.

Que cela soit véritablement mis en œuvre en cette année de la miséricorde : de cérémonies pénitentielles à la mise en place de cellules d’accueil et d’écoute des victimes par les prêtres et les évêques eux-mêmes,  en passant par l’abolition des prescriptions civiles et ecclésiastiques pour les agressions sur mineurs, « la souffrance ne connaissant pas de prescription« . L’Eglise peut lever les prescriptions au cas par cas, le cardinal Barbarin l’a déjà énvoqué : «Si le procès se clôt en raison de la prescription, j’ouvrirai alors un procès canonique, car un jugement doit être rendu».  Il faudrait que ce dernier demande au pape François de généraliser l’imprescriptibilité pour l’Eglise de France, et que la loi française aussi s’y emploie pour le droit pénal. Ainsi dans les procès à venir non-prescrits, et dans la mesure du possible, les évêques pourraient se porter partie civile auprès des victimes.

Enfin, sur le plan spirituel, comme le pape Benoît l’a lui même fait en 2010, pourquoi le cardinal Barbarin ne consacrerait-il pas les prêtres lyonnais et français aux cœurs immaculé de Marie et miséricordieux de Jésus ?

image_preview

Sans demande de pardon, les médias profitent des terribles révélations à répétition pour finir d’assommer l’Eglise, ses valeurs, sa foi. Etant moi-même pour cette raison bouc émissaire laïc depuis trois ans, – et en ce moment-même sur twitter et certains blogs – je compatis moralement et physiquement  devant les méthodes d’acharnement médiatique envers la personne du cardinal Philippe Barbarin, qui attend lui aussi d’être jugé pour ses manquements. Mais aujourd’hui, et c’est très grave, on s’attaque, au-delà de ces épouvantables affaires, à la tête la plus populaire du clergé français, et elle est déjà condamnée. Clairement, à travers les déclarations du Premier ministre, d’une secrétaire d’Etat ou les accusations d’un haut fonctionnaire anonyme du ministère de l’Intérieur, toutes dirigées à l’encontre du  primat des Gaules, les medias le chargeant des péchés des laïcs engagés depuis 2013, il devient impossible de ne pas voir la charge politique contre les chrétiens et l’un de leurs chefs défendant les droits humains et la vie naturelle. Et pendant que l’Eglise brûle, 130 médecins demandent la PMA et la GPA échappe de justesse au vote au Conseil de l’Europe à Paris…

Ce pardon indispensable, je le demande bien évidemment en temps que laïque baptisée de cette même Eglise à tous ceux que le comportement des chrétiens scandalisent trop souvent. Au XVIème siècle, Saint François de Sales disait déjà : « C’est à cause de nous que le nom de Dieu est blasphémé parmi les nations ».  Comment s’étonner que le monde ne Le reconnaisse pas, notre Dieu et la vie qu’il nous donne dans nos diversités, derrière le masque de nos turpitudes catholiques ?

Je n’en suis moi-même pas exempte, alors j’ai suivi la voix du pape François. Avec nos enfants, j’ai fait le pèlerinage du Jubilé de la Miséricorde à Rome, et à Saint-Pierre, et j’ai pu obtenir le pardon de Dieu.

IMG_4615

Puis ce fut la bénédiction du Saint Père pour ma mission au service des droits des enfants et du mariage homme-femme par l’union homosexuelle sans filiation.

12829264_10153383723721373_6444706729043227767_o

Puisse cette bénédiction papale servir à implorer miséricorde auprès de toutes les victimes de nos abus de laïcs et de clercs défaillants. Et à ce que toutes nos victimes acceptent cette demande de pardon afin que la réconciliation soit véritable et leur réparation concrètement réalisée.

Cardinaux, évêques, prêtres, fidèles d’Eglise et simples laïcs, nous sommes tous l’Eglise. Ne ratons pas notre Semaine Sainte du pardon.
La Pâques de la miséricorde nous attend pour rebâtir, ensemble et réconciliés, notre Eglise ouverte sur le monde.

Virginie Tellenne-Frigide Barjot
Pénitente


Une note de doctrine sur le droit au bail conteste le jugement d’expulsion des époux Tellenne

Ce jeudi 4 février 2016, la Cour d’appel de Paris rend son arrêt sur l’expulsion le 28 octobre 2014 de la famille Tellenne : Bruno, Virginie, Bastien et Constance ont été délogés pour une supposée domiciliation de société qui était en fait autorisée par la RIVP.

Me François-Xavier Lucas, professeur de droit à la Sorbonne, en profite pour rappeler l’état du droit positif sur cette délicate question…

 

Capture d’écran 2016-02-03 à 22.53.32Capture d'écran 2016-02-03 22.53.26Capture d'écran 2016-02-03 22.53.15

Capture d'écran 2016-02-03 22.53.03

Capture d'écran 2016-02-03 22.52.52

Capture d’écran 2016-02-03 à 22.52.33

Capture d’écran 2016-02-03 à 22.52.18

Capture d’écran 2016-02-03 à 22.52.05

 

Capture d'écran 2016-02-03 22.52.00

Capture d'écran 2016-02-03 22.51.38

Capture d’écran 2016-02-03 à 22.51.15


Ordre biologique ou ordre génésique : le choix de civilisation pour 2017.

Le « mariage homosexuel » n’est pas automatiquement abolitionniste de l’ordre biologique. Il ne fonde pas ipso facto l’ordre génésique :
C’est la filiation humaine qui est déterminante, quel que soit le couple.

Le « mariage homosexuel », c’est juridiquement deux statuts de couples égaux socialement (mariage et union « maritale ») dont la dualité ne change pas l’ordre biologique de la procréation. C’est pourquoi PMAnonyme et GPA sont interdits. Le « mariage homosexuel », c’est accepter l’ordre juridique biologique avec des exceptions d’organisation familiale non biologiques. Le modèle est le mandat d’éducation (forme d’adoption simple) avec transfert d’autorité parentale du parent bio sur le parent éducateur. C’était la ligne première des manifs de 2013 que je conduisais, et c’est la ligne que je maintiens toujours à la tête de l’Avenir pour Tous, mouvement des citoyens indépendant des parti, lobby, entreprise et Eglise.

Le « mariage » homosexuel, c’est inclure le couple homo non procréatif dans le statut unique du mariage procréatif, et c’est donc remplacer l’ordre de procréation et de filiation biologiques par un ordre reposant sur le genre. C’est l’instauration de l’ordre génésique. C’est accepter des modes de procréation marchands, PMA et GPA. C’est changer l’ordre juridique collectif fondé sur le principe biologique pour instituer un ordre juridique individuel fonder sur la volonté de chacun (du genre ou génésique) avec l’aide de la fabrication technique et l’achat d’humains (gamètes, organes ou personnes). C’est en fait l’ordre de celui qui peut se payer ces moyens procréatifs d’autres humains, l’ordre du plus riche. Au final, c’est l’ordre du marché.

Les religions étant les garantes de l’ordre biologique de la Création, naturel et gratuit de l’Ecologie inclusive de l’Humain, avec l’instauration législative de l’ordre génésique (loi du Genre contre loi du Sexe, loi du Marché contre loi de l’Humain), elles disparaissent totalement de l’ordonnancement de la société. C’est bien depuis qu’il y a plus d’incroyants que de croyants en Europe que les législations évoluent à ce point. C’est donc bien la foi en Dieu qui disparaît de la surface d’une partie la planète, remplacée par celle en l’argent par la toute-puissante performance de l’Humain-Dieu de lui-même.

C’est ce qui se passe en France et en Europe. En France, la loi du Genre est donc institutionnalisée depuis l’adoption de la loi Taubira, qui est la loi de changement de l’ordre biologique : il a été stoppé dans sa course par les manifs de 2013. Nous sommes aujourd’hui légalement à mi-chemin du basculement total : la filiation est devenue génésique le 17 mai 2013, mais le mode de procréation légal en France est toujours biologique, grâce à la puissante et pacifique mobilisation de rue. Malheureusement, la division nous fait perdre du terrain jour après jour, et la justice fait le reste en reconnaissant des effets juridiques aux PMAanonymes et GPAmarchandes.

Le basculement a paradoxalement eu lieu pour la Pentecôte en Irlande. Cela montre que lorsque l’Eglise refuse d’accepter publiquement de prôner en campagne des exceptions au principe biologique, (« mariage homosexuel » de principe biologique à opposer pacifiquement au « mariage » homosexuel, de principe génésique), alors elle perd tout. Aujourd’hui en Irlande, c’est le principe génésique qui réordonnance toute la société., même si les catholiques majoritaires conservent leur mariage à eux.

Nous avons encore la possibilité d’éviter cela en France : il faudra que l’Eglise-institution nous aide à reformer le mouvement de 2013, celui du principe biologique qui prônait publiquement sous ma houlette médiatique, les exceptions juridiques pour les couples homos et pour les familles recomposées. Le principe biologique est bien commun à LMPT-institution et LAVT-citoyens laïcs. C’est donc à LAVT de promouvoir publiquement les exceptions confirmant le principe biologique de procréation-filiation, afin de réussir en 2017 à confirmer l’ordre biologique principal. Avec l’aide de l’Eglise et de Dieu, pour que l’Humain soit toujours plus fort que le Marché. Nous avons déjà la Joie de l’Evangile, bientôt l’encyclique sur l’Ecologie et après l’Année de la Miséricorde, nous serons enfin réunis par notre Pape François pour nous engager ensemble dans, LAVT et LMPT, dans la campagne des présidentielles de 2017.

 

 

Virginie Tellenne,

présidente de l’Avenir pour Tous

Lundi de Pentecôte 2015


Appel du 20 mai 2015 : pour une manifestation nationale contre la destruction nationale de nos origines chrétiennes, culturelles et biologiques.

François Hollande et Manuel Valls : le coup d’Etat tranquille … et permanent.

Ce matin au JO, le gouvernement, par la voix de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem, a décrété en force la réforme des collèges contre l’avis de 60% des Français, et après une grève hier de plus de la moitié des syndicats d’enseignants. Pour ce faire et pour étouffer toute nouvelle levée de boucliers, le Président « mou » et son Premier ministre « de fer » savent laisser l’honneur aux dames, et avec une galanterie qui n’a d’égal que leur nouvelle religion de l’égalitarisme.

En effet, après avoir effacé les origines biologiques par la loi Taubira, François Hollande et son gouvernement continuent leur œuvre de destruction massive en s’en prenant maintenant à nos origines culturelles au mépris de toute considération des Français : de leur existence passée, présente et future. Après avoir atteint le corps, c’est à l’esprit que s’attaquent aujourd’hui la pouvoir néo-socialiste. En voulant éradiquer le latin et le grec de l’enseignement secondaire, la ministre de l’Education nationale n’assouvit pas en effet un simple désir progressiste, elle prolonge le geste de son prédécesseur Vincent Peillon et donne le coup de grâce à l’humanisme gréco-latin tel que le judéo-christianisme l’a conservé et transmis au fil des siècles jusque dans la République de Jaurès et Ferry. Pour qu’advienne la nouvelle société messianique, il fallait plonger tout ce qui précède et suit la Révolution française jusqu’en 1968 dans le néant.

Le programme de changement de civilisation si chère à Christiane Taubira se déploie donc en toute logique. Le brouillage de la filiation biologique doit maintenant être parachevé par l’effacement de la filiation intellectuelle et spirituelle de l’humanité originelle et originale , mais aussi et surtout par le déracinement de la langue française, qui témoigne à elle seule de nos origines charnelles et métaphysiques. François Hollande le sait très bien, c’est dans l’Antiquité gréco-latine et dans l’Antiquité chrétienne, en particulier, que la résistance qui s’est levée en 2013 puise sa force. Il faut donc éradiquer le mal à la racine

Mais c’est compter sans le grand réveil des Consciences qui s’est opéré il y a deux ans. Malgré les divisions et la lassitude suscitées par la violence du pouvoir, nombre des jeunes qui étaient dans la rue ont ressuscité les plus grands textes de l’Humanité, lus inlassablement par les jeunes Veilleurs et dits avec constance par leurs porte-parole de la France chrétienne,  pour aviver nos consciences contre l’oubli de soi dans lequel l’équipage de François Hollande veut plonger notre peuple. De même que la seule existence de notre père et de notre mère nous rappelle que nous sommes nés de la différence et que nous sommes conçus pour elle, notre héritage grec d’une part et notre héritage latin d’autre part témoignent de la richesse de nos origines et du fait – insupportable pour les progressistes du Marché qui nous gouvernent – que nous vivons dans un monde d’anciens que nous devons préserver pour nos prochains.

Aujourd’hui La liberté enracinée dans la différence de nos origines à la fois biologiques et spirituelles doit se manifester. L’heure est venue d’exprimer avec une puissance inédite et une intelligence redoublée notre refus de ce changement de civilisation qui nous condamne en réalité à l’amnésie totale pour faire de chacun de nous des citoyens obéissants aux lois de l’Etat et à celles non moins rigoureuses du grand Marché. Des lois qui poussent, en l’occurrence, le Président de la République française à courir le monde entier pour vendre des avions de guerre aux nations pauvres. Comme il permet désormais d’acheter des ventres de femmes pauvres à des couples de riches.

J’en appelle aujourd’hui 20 mai  à tous ceux qui se sont levés en 2012, des simples citoyens aux responsables associatifs, politiques et religieux : au nom de leurs racines gréco-latines qui ont porté la démocratie, la monarchie, les deux régimes de notre histoire commune unifiés dans la République par notre foi chrétienne, il est temps, comme en 2013, de redescendre tous ensemble et  pacifiquement dans la rue.

Pour que cesse ce coup d’Etat permanent contre notre civilisation.

 Paris, le 20 mai 2015

Virginie Tellenne,

présidente de l’Avenir pour Tous

Xavier Bongibault,

secrétaire général de l’Avenir pur Tous

 

 

 


Deux ans après la loi de filiation Taubira, la disparition de la civilisation chrétienne s’accélère.

 

«  C’est une réforme de civilisation » se félicitait Christiane Taubira lors de l’annonce en novembre 2012 du « mariage pour tous ». En fait il s’agit de la loi de changement de la filiation humaine homme-femme via l’ouverture du mariage procréatif aux couples homosexuels. Qui n’en demandaient pas tant.

Deux ans après son vote, malgré un mouvement d’opposition historique émergé le 13 janvier 2013, méprisé puis pulvérisé par le Pouvoir dès avril 2013,  la loi Taubira apparaît bien être la pierre angulaire de ce que la Garde des Sceaux annonçait : le tournant de la civilisation humaine, via la disparition programmée de la civilisation chrétienne en France. Devant une réalité que tous les médias tentent de maquiller en progrès incontournable, ce sont l’héritage, la pensée et l’action chrétiens qui sont évincés par les pouvoirs. Les chrétiens doivent se réveiller à nouveau massivement, comme le 13 janvier 2013, s’ils ne veulent pas disparaître définitivement sous une avalanche post-éthique dont la loi de basculement de la filiation est le sésame.

Car si les chrétiens ne se bougent pas, après les meurtres des ultras-laïcs  de Charlie Hebdo et pendant le génocide des Chrétiens d’Orient, ce sont des attentats contre les chrétiens, protecteurs des juifs et les musulmans de France, qui en signeront la terrible réalité : la réplique tellurique au basculement dans la trans-humanité.

Mais n’ayons pas peur, jamais, car l’espérance subsiste : outre notre foi inébranlable en Dieu parce qu’Il s’est fait homme, depuis l’entre-deux manifs, le nouveau pape, François l’Argentin, du sommet de l’Eglise nous appelle à la paix et à la miséricorde, d’un bout à l’autre de la famille chrétienne planétaire et française;   et pendant ce temps commencé dans l’unité de 2012, à la base citoyenne de la France, l’Avenir pour Tous met tout en œuvre, à son minuscule niveau, pour faire advenir, par le dialogue et le rassemblement, ce message chrétien de salut de l’Humain, et de sa civilisation bi-millénaire. C’est un engagement poléthique de chaque jour depuis le début du Mouvement des Consciences : d’abord massivement de 2012 à mai 2013 à la tête de la Manif pour Tous, et depuis la scission, humblement hors medias et institutions, mais en liaison de corps et d’esprit avec Tous Chrétiens d’Orient, les martyrs  de l’extermination djihadiste. IL s’agit désormais de la conjurer aussi en France.

Si la loi Taubira a  justement reconnu la réalité de l’homosexualité, ce que les Chrétiens auraient du demander depuis longtemps aux gouvernements de droite comme de gauche, elle lui a attribué une faculté de procréation non-biologique qui a fait basculer le fondement chrétien de la personne humaine, fondamentalement gratuite et hors marché. Cette conception est défendue par toutes les religions mais institutionnalisée en France et dans le monde  par la pensée chrétienne. Aussi, en ouvrant le mariage civil, institution-socle française, totalement copiée par  Napoléon 1er sur le mariage chrétien fondé sur la procréation biologique homme-femme libre et gratuite, en l’ouvrant, donc, aux personnes de même sexe qui ne peuvent procréer biologiquement entre elles, la loi Taubira abolit du même coup l’universalité  de la filiation biologique, la sexuation d’où elle procède, et le modèle micro-politique de la famille, le modèle macropolitique étant la nation. En abolissant la trinité familiale et nationale, la loi pose le principe d’une procréation marchande hors corps et hors frontière, ce qui est le contraire exact du principe chrétien par lequel la vie étant supérieure à toute chose, la dignité de la personne humaine est indentifiée, inviolable et sacrée. Et hors de tout commerce. Ceci a fondé notre droit national depuis la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789, le code Napoléon et la DDH de 1948,  et le droit international notamment dans la Déclaration Universelle des droits de l’Homme en son article 3 (DUDH). Dès lors que la loi Taubira transgresse le principe de vie biologique, non pas par la reconnaissance de l’orientation homosexuelle par nature non procréatrice, mais par l’attribution légale d’une filiation hors biologie, donc marchande, à des couples homosexuels, tous les autres aspects de la vie humaine sont aujourd’hui touchés, sans que plus personne, les chrétiens les premiers, n’ose le contester. Car ce bouleversement s’est fait sans la volonté des Français, ni même celle de la majorité des homos.

C’est pourquoi depuis le 17 mai 2013, la dégradation de la personne Humaine au sens chrétien est continue. Par une cascade de mesures passées sans aucune résistance citoyenne, elle est livrée au marché :  de la recherche sur l’embryon (16 juillet 2013)  à la reconnaissance solennelle du droit fondamental à l’IVG,  précédemment débarrassée de la notion de détresse (4 août 2014), avec affirmation réitérée du droit universel à disposer librement de son corps (26 novembre 2014) en passant par la loi de Santé qui permet à l’Etat de disposer des organes après le décès (14 avril 2014), sans parler des mesures de laïcité contre les préjugés sexistes (22 janvier 2015) et la réforme du collège qui  transforme le latin et le grec de matière optionnelle à enseignement pratique fourre-tout (le grec, la langue des premiers chrétiens avec l’araméen, le latin la langue de l’Eglise catholique) et supprime l’enseignement du christianisme médiéval.

Surtout, la jurisprudence la plus récente a confirmé la supériorité de la loi d’adoption filiative hors biologie créant une filiation unique entre deux personnes non procréatrices ensemble. Ainsi la jurisprudence ne s’oppose pas au recours à la PMA et à la GPA à l’étranger (Cour Appel, Aix et Versailles, 8 et 14 avril 2015).

Toutes ces mesures étant entrées en vigueur sans que personne ne s’en émeuve, Eglise comprise, cela en dit long sur l’état actuel de l’opposition chrétienne à sa propre disparition : non seulement elle n’a rien empêché depuis l’explosion du mouvement des Consciences le 26 mai 2013 à Paris,  mais les deux ans qui viennent de s’écouler, avec la disparition de toute pensée et parole modérée portée par le seul Avenir pour Tous rayée des médias, ou par quelques francs-tireurs eux aussi black-listés, ont laissé monter une radicalité « abrogationniste » qui, par le mécanisme de  la réduction de la base électorale, via l’extrêmisation médiatique du sujet de l’Humain cantonné par la pensée magique  au seul FN, ce mécanisme, donc, joue le rôle d’accélérateur de la mise sur le marché de l’Humain, de ses gamètes à ses organes en passant par son indissociable personne.

Le prochain vote de la loi de Renseignements, qui veut empêcher toute organisation citoyenne chrétienne d’opposition à cette politique de dégradation-radicalisation-FNisation, finira de verrouiller le basculement de la civilisation chrétienne de défense pacifique de la vie non marchande, une fois qu’il sera vraiment mis en place.

Pourtant les signaux d’alerte sont plus qu’alarmants pour nous appeler à un réveil des Chrétiens en France : après celui de Charlie-hebdo, l’attentat déjoué par hasard ce week end , pour la première fois en France, contre une Eglise catholique, n’est que les prémisses de l’importation du massacre des Chrétiens d’Orient par les terroristes islamistes. Mais aujourd’hui, l’opinion publique et l’action chrétienne reste focalisées, – et loin de moi la moindre condamnation –, après l’oubli des morts  Charlie Hebdo – ce que je condamne en pleurant –, sur les seuls massacres des Chrétiens d’Orient : cette action indispensable, mais ô combien faible face à la violence de Daesh qui ne peut être anéantie que par une action militaire des nations coordonnées, ne doit pas nous détourner du questionnement fondamental de ce que nous avons à faire, ici et maintenant,  pour nous chrétiens d’Occident et de France.

De la même façon,  la crise larvée sur la nomination d’un ambassadeur entre l’Elysée et le Vatican, entre le chef de l’Eglise catholique et le chef de la Gauche libertaire, opposition fondamentale à la pensée chrétienne sur la personne humaine par négation de la sacralité de la vie, (cf. ci-dessus), est une réalité du conflit qui se joue sur le basculement de civilisation chrétienne.  Ce basculement est particulièrement criant entre les deux François, François Hollande et François le Pape, et révèle s’il en était encore besoin, par l’exploitation médiatique malsaine de l’orientation homosexuelle d’un diplomate de haute volée, la même crispation sur l’homosexualité de la part de certains catholiques que celle qui accélère, par la demande d’abrogation de la loi Taubira, le basculement de civilisation. Le jeu cynique de François Hollande en la matière, s’appuyant sur cette pénible réalité de l’intransigeance de certains catholiques, doit cesser de leurrer l’opinion.

Oui, le point de basculement de la civilisation chrétienne et humaine fondée sur la dignité de la personne humaine est bien l’homosexualité,  niée par certains catholiques intransigeants comme portée en modèle d’humanité nouvelle par les libéraux libertaires, le tout pour  satisfaire les appétits financiers de tous en ouvrant le marché de la reproduction humaine. L’instrumentalisation dont en sont victimes les homosexuels est la négation même de la dignité humaine et disqualifie les catholiques comme les tenants de la gauche égalitariste, qui en fait les exploitent ainsi, et n’égalisent rien d’autre que leur maintien au pouvoir.

Aussi tout notre soutien va au diplomate français Laurent Stéfanini et au pape François  dans cette polémique lancée par la gauche (Le Canard enchaîné) et montée en épingle par la minorité de conservateurs catholiques de certains medias français, hostile à la politique de miséricorde du pape François. Car cela contribue à mettre le seul défenseur planétaire de la dignité intégrale de la personne humaine, orientation homosexuelle comprise, le pape François, dans une situation périlleuse sur cette question-charnière instrumentalisée par tous les ultras devant l’opinion publique.  Coincer le pape François entre son aile droite et l’espérance qu’il suscite, à quelques mois d’un synode qui permettrait de sortir de ce conflit mortifère sur la mauvaise compréhension qu’ont certains catholiques intransigeants de l’homosexualité, est là aussi un accélérateur du basculement de la civilisation chrétienne.

Et la qualité d’un ambassadeur de France au Vatican, d’où l’homosexualité est loin d’être absente mais se préserve discrètement derrière une règle d’airain obsolète, ne se mesure en rien  à son orientation sexuelle.

Tout cela en dit long  sur le fait que, par leurs querelles internes, leur blocage sur des sujets qui devraient être depuis longtemps dépassés, et pour la plus grande masse, par leur désengagement citoyen, ce sont les chrétiens eux-mêmes  les responsables du basculement de notre civilisation.

Car non, les homosexuels de l’Avenir pour Tous, d’Homovox et de d’Egalité d’expression en sont la preuve vivante, l’homosexualité ne remet pas en cause l’indissolubilité et l’unité du mariage, dès lors que la seule filiation homme-femme est universellement préservée.

Aujourd’hui tout appelle les Chrétiens, en particulier les catholiques qui suivent l’Avenir pour Tous, à continuer la résistance pacifique et médiatique engagée en 2012- 2013. Par l’unicité de  l’Incarnation de leur religion, ils sont les premiers responsables de la vie et de l’humain. Par leur foi en Dieu venu se faire homme pour sauver tous les hommes, ils doivent remonter en première ligne pour entraîner la société à se rassembler sur l’essentiel de sa nature humaine, afin de préserver sa dignité première, en se  tournant sur le plus faible (l’enfant) autant que sur le différent (l’homosexuel).

C’est l’action minimale pour réaffirmer les principes imprescriptibles de l’ordonnancement bimillénaire de l’Humanité.

An ce temps pascal, face à l’actualité nationale et internationale, notre conscience, et même Manuel Valls, nous montrent le chemin : comme nous y invite le Premier ministre, remplissons à nouveau nos Eglises pour contrer le terrorisme islamiste. C’est la meilleur point de départ où il nous sera rappeler de restaurer la suprématie de l’Humain, dans toutes ses conditions, sur le Marché et la Guerre. C’est donc bien le meilleur moyen pour lutter contre notre propre disparition.

Oui, M. Le Premier ministre, c’est bien devant l’Eucharistie que les Chrétiens doivent se convertir pour répondre à leur responsabilité historique dans la société. Ainsi ils agiront de façon à ne pas enfreindre le principe de laïcité posé par Jésus lui-même (et par Najat Vallaud-Belkacem).

Ainsi ils pourront à nouveau former la juste et pacifique opposition chrétienne  à la disparition programmée de l’Humain et de notre civilisation engloutie par le Marché, et liquidée par le terrorisme islamiste, qui se nourrit de sa disparition.

Si le  Premier ministre qui,  depuis la loi Taubira, met en œuvre cette disparition  nous y invite aujourd’hui, écoutons-le !  En diffusant le programme d’actions de L’Avenir pour Tous dès maintenant, nous serons prêts à réformer la loi Taubira en 2017.

Alors, amis Chrétiens et sympathisants, après la messe, rejoignez  l’Avenir pour Tous et Tous Chrétiens d’Orient !

 

Virginie Tellenne (Frigide Barjot)

ex-leader de la Manif pour Tous (17 nov. 2012-26 mai 2013)

présidente de l’Avenir pour Tous (depuis le 26 mai 2013)